Le 30 juin 2018, la présidence du GIS Réseau National des Maisons des Sciences de l’Homme, assurée pendant ces deux dernières années par Bertrand Jouve, anciennement directeur de la MSH de Toulouse (2005-2011), est arrivée à terme.

La convention constitutive du GIS actuellement en vigueur prévoie que les candidats à la présidence du GIS soient élus parmi les directrices et les directeurs des MSH du Réseau. Au vu des nombreux engagements auxquels un directeur est confronté ainsi qu’au possible conflit d’intérêt qui aurait pu émerger en cumulant les deux fonctions, un avenant à la convention avait été voté en 2011 par le Comité Directeur du GIS afin de permettre à une ancienne directrice ou un ancien directeur de se porter candidat-e à la présidence.

Depuis cette proposition, trois anciens directeurs se sont succédés à la présidence du GIS.

A cause d’un vice de forme dudit avenant, cette disposition ne peut plus être prise en considération : en l’état actuel de la convention, seul-e-s les directeurs ou directrices en cours de mandat peuvent être élu-e-s à la présidence.

Bertrand Jouve terminant son mandat et aucune autre candidature n’ayant été proposée, le Comité Directeur du RNMSH réuni les 27 et 28 juin 2018 se clôture avec l’annonce d’une vacance de présidence pendant laquelle :

  • Le bureau du GIS assure l’intérim pour la validation et la gestion des affaires courantes du Réseau ;
  • Le CNRS, la DGRI et la CPU proposent la mise en place d’un groupe de travail chargé de la réécriture de l’avenant à la convention constitutive du GIS.

 

Le texte repris ci-dessous est une communication des directrices et directeurs de MSH à l’ensemble des partenaires du RNMSH :

« Les directrices et directeurs de MSH réunis lors du Comité Directeur du Réseau National des MSH remercient Bertrand Jouve président sortant et son équipe pour le travail accompli durant ses deux années de mandat. L’engagement sans faille de Bertrand Jouve au service des MSH et du réseau national ne s’est jamais démenti. Nous l’avons tous apprécié lorsqu’il était DAS chargé des IR pour sa présence, son soutien, sa connaissance des dossiers. Marqué par une vision ambitieuse, cet engagement mis au service du réseau sous sa présidence a donné à ce dernier un dynamisme nouveau et lui a permis de franchir une étape importante de crédibilité comme infrastructure nationale. Ses qualités humaines, son souci du collectif ont enfin renforcé les fonctions de partage des expériences et de proposition qui rendent le Réseau National indispensable à chacune des MSH. »