Appels à projet

19 lauréats de l'appel à projets 2019_2020

Vendredi 26 juin 2020

Cinquante-neuf projets ont été déposés en deuxième étape.

Dix-neuf projets ont été retenus :

1) Andrieu Dominique, « VECCAR : Vectorisation de cartes anciennes ». MSH porteuse : MSH Val-de-Loire. MSH partenaires : MMSH, MSHE, MSHS Sud-Est.  (projet encadré par Romain Raveaux).

Le projet Veccar a pour objectif de développer une étape majeure dans l’acquisition d’informations géographiques à partir de cartes anciennes numérisées. Si les cartes anciennes sont aujourd’hui bien référencées comme sur la plateforme CartoMundi ou les catalogues des bibliothèques universitaires, l’exploitation des informations géographiques qui les compose sont encore mal exploitées. En effet, les
systèmes d’informations géographiques (SIG) nécessitent de convertir les images numériques en objets géométriques simples exploitables par les méthodes d’analyse spatiale : cette étape est la vectorisation.
Si les outils de vectorisation manuelle existent l’automatisation de cette étape n’est pas proposée pour des documents cartographiques où les informations se superposent et s’entrecroisent.
Les cartes anciennes sont pourtant des sources d’informations géographiques uniques pour la connaissance historique des espaces. Grâce aux technologies de l’intelligence artificielle, de nouvelles opportunités s’ouvrent avec l’apprentissage automatique des images. Nous souhaitons établir une preuve de concept visant à développer une application de vectorisation automatique des reproductions
numériques de documents cartographiques imprimés. Au terme du projet Veccar, une réponse à l’appel à projet générique de l’ANR est prévue.

2) Audin-Garcia Liliana, « HUMAVOX : Analyse acoustique et cognitive de la prosodie affective dans le soin gériatrique » MSH porteuse : MSHA. MSH partenaire : MSH Paris-Saclay.

La communication affective est un aspect essentiel de la vie pour les personnes fragiles hébergées en établissement de santé. L’aspect relationnel est déterminant pour diminuer les troubles cognitivocomportementaux des patients mais aussi la souffrance des personnels soignants dans des situations difficiles. La méthode Humanitude est une technique de soins qui prétend apporter des compétences
de communication optimales et qui aujourd’hui devient un outil de travail émergent dans certains EHPADs. En effet, on observe une amélioration significative de la qualité de vie et une diminution des troubles comportementaux associés aux pathologies neurocognitives.Dans cette étude, nous nous intéressons à l’analyse de cette communication soignant-patient. Notre objectif est de développer des stratégies d’analyses multifactorielles (comportementale et linguistique) et multimodales (audio et vidéo) afin de créer un manuel des traits linguistiques et comportementaux de cette méthode de soin par des analyses objectives. Nous avons établi une équipe multidisciplinaire avec des compétences en neurosciences-cognitives,
informatique, mathématiques et linguistique afin de cerner les caractéristiques de cette méthode. Nous adopterons une approche centrée sur l’analyse de l’expression vocale et faciale du professionnel de santé en France d’une part, et d’autre part nous mettrons en relation nos résultats avec ceux obtenus au Japon afin d’identifier des traits universaux de cette méthode de soin.

3) Bonu Bruno, « Im-CASDI : Interaction et Médecine : les Catégories dans la Sous-Détection des Infarctus ». MSH Porteuse : MSH Sud. MSH partenaire : MSH Paris-Saclay.

L’objectif de ce projet est d’analyser et d’optimiser la détection des « douleurs thoraciques » dans les appels d’urgence. Le problème posé dans la pratique urgentiste est la sous-détection des cas d’infarctus du myocarde ou Syndrome Coronarien Aigu (SCA). Ceux-ci représentent des volumes importants des interventions totales du SAMU. Nous focaliserons ainsi nos analyses sur la production de parole en situation, pour comprendre comment des troubles et des malentendus, et/ou des décalages interprétatifs émergent de manière dynamique, endogène, dans les appels d’urgence.L’étude des dossiers cliniques des groupes de patients identifiés comme victimes de SCA permettra lamise en relation des manifestations interactionnelles de la douleur thoracique avec les catégories des victimes d’infarctus non détectés (appartenance sexuelle, provenance géographique, classe d’âge,etc.). Les corpus seront constitués principalement par des enregistrements d’appels en provenance de la Base de Données du SAMU 75. Ils seront transcrits, organisés et pérennisés avec une politique de gestion des données. Le corpus sera complété avec une orientation ethnographique, par les activités d’aide. Les résultats de l’enquête interdisciplinaire permettront à la fois d’accompagner un processus d’innovation sociale par la formation des régulateurs, ainsi que de participer à la transformation technologique, par l’implémentation des Systèmes d’Aide à la Détection Médicale, pour améliorer, à terme, la détection du SCA.

4) Cadiou Stephane, « MeteLec : Les métropoles à l'épreuve des élections : logiques de(dé)-polisation et de (dé-)mobilisation. MSH porteuse : MSH LSE. MSH partenaire : MSHB.

Depuis plusieurs années, la métropolisation s’est imposée comme un horizon quasi-indépassable dans des cercles élargis (politiques, experts, économiques). À rebours de cette vision, ce projet résolument pluridisciplinaire entend questionner « l’autre face » de la métropolisation en s’intéressant aux logiques de mobilisation et de contestation qui se déploient dans les grandes agglomérations en réaction à des dynamiques de croissance et d'attractivité spatiales. L’originalité de notre perspective est de mettre en rapport des mobilisations variées - contestations radicales autour des enjeux de gentrification, contestations d'apparence plus conservatrices autour du cadre de vie et des incivilités, contestations environnementales d'apparence plus dépolitisées - qui pointent du doigt des faces multiples, et parfois rivales ou même contradictoires de la métropolisation. En contrepoint, ce projet a pour ambition de saisir la perception de ces mobilisations par les élus métropolitains qui sont davantage habitués, dans les scènes municipales, à interagir avec des groupements plus modérés (commerçants, riverains…). Par-là, cette recherche visera à déterminer dans quelle mesure ces actions collectives redéfinissent (ou non) l'exercice du métier politique local, non seulement sous l'angle des processus d'action publique, mais aussi des stratégies électorales. Le suivi de séquences électorales peut représenter, de ce point de vue, de précieux indicateurs des relations contrastées entre groupements et élites politiques. Plus généralement encore, l’ambition est de voir comment se profile, de manière fragile, une démocratie métropolitaine en mobilisant pour cela les ressources imagées et statistiques des MSH LSE et de Bretagne.

5) Combalbert Grégory, « e-CARTAE Lab : laboratoire numérique d’éditions critiques de chartes médiévales ». MSH Porteuse : MRSH Caen. MSH Partenaire : MSHS Sud-Est.

Le projet E-CartaeLab vise à créer un laboratoire numérique pour le chercheur qui étudie et édite des corpus de chartes médiévales. Ce laboratoire, prenant appui sur l’outil e-Cartae, créé à Caen et déjà opérationnel pour l’édition critique numérique des chartes, comprendra, d’une part, un schéma et un environnement d’encodage enrichis pour prendre en charge l’édition critique des chartriers monastiques ou canoniaux et, d’autre part, une plateforme de visualisation, d’interrogation et d’analyse de corpus « en train de se faire », c’est-à-dire édités ou en cours d’édition. Cette plateforme constituera un espace d’expérimentation interdisciplinaire à la fois pour les chercheurs qui y verseront leurs sources (modifiables) et pour les ingénieurs qui testeront des outils d’interrogations que les chercheurs pourront valider ou invalider. Pour développer, tester et exploiter les fonctionnalités de ce laboratoire numérique, le projet prévoit l’édition critique, l’encodage en XML-TEI et le versement de trois corpus normands et provençaux correspondant au chartrier des abbayes de Lérins et de Fécamp et à celui de l’Église cathédrale de Nice. E-CartaeLab permettra de former les chercheurs et les étudiants niçois en histoire, archéologie et philologie médiévales aux méthodes, enjeux et outils de l’édition critique numérique des corpus de textes médiévaux, et d’initier une collaboration entre la MRSH et la MSHS Sud-est pour le développement et l’évolution de ces outils.

6) Demogeot Nadine, « Vic-Clic : Violences conjugales : Place du corps et des liens dans le couple. » MSH porteuse : MSH Lorraine. MSH partenaire : MISHA.

Contexte : La violence exercée par des partenaires intimes reste un enjeu majeur de santé publique concernant tous les milieux (socio-économiques, religieux, culturels), ravivé par la période inédite de confinement lié à la pandémie de COVID-19. La littérature scientifique reflète un manque de connaissances sur les particularités des liens conjugaux et familiaux et la répétition intergénérationnelle des violences genrées. Objectifs du projet et méthodologie: A l’appui d’une approche interdisciplinaire (droit, sociologie, médecine et psychologie), d’une méthodologie qualitative et quantitative homogénéisée (entretiens, questionnaire d’attachement, épreuves projectives et génogramme), nous souhaitons saisir pour 30 sujets (15 femmes victimes et 15 hommes auteurs) : 1) la nature et la complexité des liens conjugaux et familiaux (emprise, ruptures, continuité etc.) ; 2) la particularité des relations corps-psychisme chez les victimes et les auteurs. Résultats attendus : Ces travaux menés conjointement avec l’Université de Lorraine, l’Université de Strasbourg et de Mulhouse, ainsi que des structures de terrain visent des synergies pertinentes en termes de recherche- action. Cerner les indicateurs favorisant la prévention, la détection et l’accompagnement des violences conjugales constitue un résultat central. Créer « un observatoire des violences conjugales » au niveau régional avec les MSH- Lorraine et la MISHA et les universités impliquées sur cette thématique au niveau national (Poitiers ; Toulouse), international (Canada / Université du Québec à Trois Rivières ; Algérie, Université de Skidda) représente une plus-value importante.

7) Eckert Raphaël, « ThéoDDISés : Théologie et Droit au XIIè siècle. Différenciations, Interactions, Singularités ». MSH porteuse : MSH Val-de-Loire. MSH partenaire : MISHA.

Ce projet a pour but d’examiner à frais nouveaux les rapports entre droit et théologie au cours d’un long XIIe siècle, encadré en amont par le décret de Nicolas II sur l’élection pontificale (1059) et en aval par le concile de Latran IV (1215). Il entend notamment questionner les singularités d’un discours juridique pensé comme irréductible aux autres champs disciplinaires concurrents (la théologie, l’exégèse biblique, la rhétorique, ...). Pour ce faire, il analysera les méthodes de travail des juristes savants du XIIe siècle, leur utilisation préférentielle de certains termes, leurs procédés de citations ou encore leurs corpus référentiels. L’originalité de cette recherche tient surtout au fait qu’elle sera menée par comparaison avec la production théologique contemporaine entendue au sens large, c’est-à-dire en y incluant certains commentaires issus des herméneutiques juive et musulmane dans le cadre d’une interprétation juridique comparée. Ce long XIIe siècle fut en effet fécond en termes d’hybridation des savoirs et d’interconnections des réseaux intellectuels et culturels, grâce à l’intensité des contacts et des transferts entre aires civilisationnelles voisines. Par construction, ce travail repose sur une forte pluridisciplinarité et une large coopération internationale, rendues nécessaires par la dispersion, la complexité et la technicité des sources primaires.

8)  Ferrara Sabrina et Pierazzo Elena, « BonHNum : Boccace Numérique Humaniste. Modèle d’édition numérique de textes et de traductions françaises du XVe de Boccace ». MSH porteuse : MSH Val-de-Loire. MSH partenaires : MSHS Poitiers et MSHS Sud-Est.

Ce projet, à la forte dimension internationale, propose la mise en place d’un prototype d’édition d’un corpus de textes annotés de Boccace, alliant la recherche fondamentale aux technologies numériques innovantes dans une dimension structurante interdisciplinaire et intersectorielle. Notre objectif est la réalisation d’un modèle représentatif auquel nous appliquerons un modèle d’analyse numérique pour le repérage des différents niveaux de langage (recherche sémantique), des personnages et de leurs caractéristiques sociologiques (répertoires prosopographiques), ainsi que l’élaboration des pistes pour un ultérieur enrichissement qualitatif et quantitatif du projet (ANR, Horizon Europe). Nous travaillerons sur le Décaméron (la Cornice, et notamment le proême, l’introduction aux journées I et IV, Conclusion), le De casibus virorum illustrium et le De mulieribus claris : le premier en langue vernaculaire, les deux autres en latin et leurs traductions en moyen français. Les différentes compétences des laboratoires liées aux MSH Val de Loire, MSHS Poitiers et MSHS Sud- Est, avec lesquels des partenaires étrangers collaboreront, mettront en place une vraie dynamique pluridisciplinaire. La MSH Val de Loire s’occupera des textes vernaculaires et latins et gèrera la mise en place de l’outil numérique ; la MSHS de Poitiers coordonnera l’activité relative aux textes en moyen français et la MSHS Sud-Est fournira les apports nécessaires à l’analyse iconographique et sociologique.

9) Fornerod Anne, « ExPatRe : Explorer le patrimoine culturel religieux ». MSH porteuse : MISHA. MSH partenaire : MESHS.

Le projet ExPatRe consiste en la mise en place d’une plateforme numérique liée au Dictionnaire du patrimoine culturel religieux en cours de rédaction aux Presses universitaires de Strasbourg. Ce patrimoine soulève des questions sémantiques substantielles dès lors qu’il est abordé sous l’angle pluridisciplinaire. Le dictionnaire constitue alors l’outil idoine, car il permet de saisir et dépasser les variations d’acceptions qu’un même terme peut recouvrir d’une discipline à une autre, de relier différents concepts pour parvenir à la création d’un champ lexical propre au patrimoine culturel religieux. Quatre disciplines principales ont été retenues : le droit, l’histoire, les sciences religieuses et – de manière originale dans le cadre universitaire – l’architecture. S’y ajoute l’approchedes professionnels du patrimoine. À travers une version numérique, l’ambition est de permettre une exploration approfondie du champ lexical du patrimoine religieux à travers une approche pluridisciplinaire. Outre l’enrichissement des contenus par rapport à la version papier, le but est de favoriser une circulation dans cet espace numérique qui s’appuie sur une cartographie lexicale et disciplinaire élaborée à partir des termes et concepts qui caractérisent le patrimoine religieux.

10) Hernandez Yannick, « TranSPORT(S) - « Les sports et les loisirs dans le contexte de la coopération territoriale européenne : action publique, pratiques et usages ». MSH porteuse : MSHA. MSH partenaires : MISHA, MSH-Alpes.

Le projet questionne les pratiques sportives et de loisirs, au sens large, dans les espaces transfrontaliers européens, notamment dans le contexte de l’action publique de coopération territoriale européenne. Avec l’émergence de structures transfrontalières, cette politique européenne n’a cessé de s’accroître en apportant un cadre juridique d’action et des financements pour des projets visant une nouvelle citoyenneté transfrontalière. À partir des pratiques sportives et de loisirs, il s’agira d’interroger les usages, l’appropriation et les représentations sociales des frontières ainsi que les actions publiques visant la gestion et l’aménagement de ces espaces. Trois espaces transfrontaliers structurés en Groupement Européen de Coopération Territoriale (GECT) ou en cours de structuration seront comparés : franco-espagnol (Eurorégion Nouvelle Aquitaine-Euskadi-Navarra), franco-allemand (Eurodistrict Strasbourg-Ortenau) et franco-italo-suisse (Espace Mont-Blanc). La méthodologie sera éminemment qualitative, à partir de données quantitatives de cadrage mobilisant les plateformes universitaires de données (PUD) des MSH. Nous utiliserons les ressources propres des trois MSH dans la gestion de données (PUD) et diffusion des informations. Le but final étant d’obtenir des résultats aussi bien pertinents pour les territoires transfrontaliers que rigoureux pour la communauté scientifique en envisageant une continuité post- programme grâce à un réseau international et pluridisciplinaire.

11) Knittel Fabien, « Hysam : Hygiénisme, santé alimentaire et études médicales (XIXe-XXIe siècles). MSH porteuse : MSHE. MSH partenaire : MSH Dijon.

Le projet HYSAM est un projet interdisciplinaire (histoire/sociologie/médecine) dont le but est d’étudier, de manière renouvelée et dans une perspective de longue durée, du XIXe siècle à nos jours, les problématiques de l’histoire et de la sociologie de l’hygiénisme, des études de médecine et des questions de santé liées à l’alimentation. Ce projet aborde la construction des savoirs et l’étude des réseaux savants. Une partie importante est consacrée à la place des enseignements (en médecine) et à la transmission institutionnelle des savoirs. L’étude des circulations des savoirs ainsi que les relations de pouvoirs au sein de l’institution universitaire sont abordées à travers les interrelations complexes entre sciences de santé et de l’alimentation. Enfin, le travail quotidien et concret des savants (XIXe siècle), des chercheurs (XXeX-XXIe siècles) et des techniciens de l’action sociale est abordé dans une perspective tant socio-historique que constructiviste. Il s’agit en particulier de s’interroger sur les modalités de transmission des normes nutritionnelles auprès des classes populaires urbaines et rurales.

12) Lhuilier Gilles, « IETE-Réseau : Les industries extractives face au tournant écologique : rente, stratégies, justice. Création d’un réseau scientifique et institutionnel inter-MSH sur les industries extractives. MSH porteuse : MSHB. MSH partenaires : MSH Paris Nord, MSH Paris-Saclay.

Les industries extractives sont perçues comme la principale cause de la crise écologique globale. En conséquence : a/ le modèle économique, technologique et social de ces entreprises est bouleversé par le « tournant écologique » (transition vers le gaz, l’hydrogène, les terres rares, matériaux critiques, montée en puissance des populations locales ou des « non humains » ; formes hybrides de gouvernance ; mutations géopolitiques); b/ l’épistémè des sciences qui ont pour objet pétrole, gaz, et mines est transformée par l’ecological turn, dans ses objets et ses méthodes. Un champ scientifique nouveau dit des extractives studies apparaît : l’étude des industries extractives. Sous l’effet des impératifs de transition écologique, ce champ s’étend désormais aux questions sociales, technologiques et environnementales. Notre projet consiste à identifier (WP1 mapping), s’approprier (WP2 tooling) et structurer (WP3 framing) les transformations des industries extractives, en s’appuyant de manière novatrice sur des bases de données et leur exploitation interdisciplinaire (sciences sociales, sciences dures et praticiens). L’identification visera à définir les nouveaux objets, concepts et acteurs de ce champ scientifique, ainsi que les nouvelles méthodes qu’ils engagent. L’appropriation de ces méthodes, ensuite, impliquera la construction de bases de données et d’outils numériques originaux. L’institutionnalisation, enfin, impliquera la mise en place de plusieurs séminaires, de coopérations internationales, d’un réseau doctoral et d’une research nursery.

13) Molina Geraldine, « SENTICLIMAT : Les sentinelles du climat : développement, numérisation et valorisation d'un réseau d'observation participatif sur les relations entre les citadins, leurs modes de vie et leur santé, et les évolutions du climat ». MSH porteuse : MSH LSE. MSH partenaire : MSH Angé-Guépin.

SENTICLIMAT est un projet de sciences participatives qui vise à produire des connaissances interdisciplinaires sur les répercussions des évolutions du climat sur les modes de vie, le bien-être, la santé et les pratiques des espaces des citadins en les impliquant directement, aux côtés des chercheurs, dans les protocoles d’observation. Le projet a pour enjeu de mettre en place un dispositif impliquant les habitants dans l’observation de leur rapport au climat. Les « sentinelles » du climat (Molina, 2016) sont des acteurs sociaux placés en situation d’observateurs privilégiés de la relation société-climat-santé du fait de leur lieu d’habitation ou de leur situation professionnelle. Afin de décupler les capacités d’enquête des chercheurs au sein des villes et d’explorer tout au long de l’année les évolutions du rapport des habitants des villes au climat, cette innovation méthodologique de recherche participative a été développée par une équipe de recherche interdisciplinaire (sciences sociales, sciences de l’environnement, sciences de l’ingénieur). Le projet sera déployé sur les terrains de deux villes, Lyon et Nantes, par une équipe interdisciplinaire impliquant des chercheurs et ingénieurs en sciences humaines et sociales, sciences de l’environnement et sciences de l’ingénieur de plusieurs laboratoires issues des deux sites, ainsi que les ingénieurs des MSH de Lyon, Saint-Etienne et de la MSH Ange-Guépin et avec l’appui des collectivités territoriales du Grand Lyon et de Nantes Métropole.

14) Reungoat Emmanuelle, « LonGi, une approche biographique des gilets jaunes », MSH porteuse : MSH Sud. MSH partenaires : MSHA, MSHB, MRSH, MSH‐LSE.

Le projet LonGI étudie le mouvement social des Gilets jaunes en France. Mené par un collectif d’une quinzaine de chercheurs et chercheuses de différentes disciplines des sciences humaines et sociales (anthropologie, géographie sociale, science politique, sociologie), il réunit cinq terrains d'enquêtes dans des contextes sociaux et spatiaux différents. Fondé sur une approche qualitative, il saisit le mouvement des Gilets jaunes par des campagnes d’entretiens biographiques longitudinales. Grâce à la comparaison des configurations locales, LonGI permet de comprendre les parcours d'engagement/désengagement et leurs conséquences biographiques, et d'identifier des trajectoires et modalités de politisation dans et par le mouvement. L’équipe souhaite travailler la comparabilité des résultats et la pluridisciplinarité en se dotant d’outils conceptuels communs (approche biographique et concept de "configuration") et d’outils méthodologiques partagés (catalogue d’entretiens commun, BaseX xml, entretiens filmés). Pour cela sont prévus 3 ateliers de formation appuyés sur les plateformes techniques SCRIPTO et AUDIO-VISIO des MSH (MRSH : Pôle Document Numérique formation à BaseX xml ; MSHB : Story map ; MSH-Sud : MSH-TV) et couplés à des séminaires de travail (analyses croisées d’entretiens). Enfin, deux journées d’étude et la publication d’un dossier thématique dans une revue centrale pour nos disciplines sont prévues pour diffuser nos résultats.

15) Salle Grégory, « La criminalité environnementale à l'ère de la crise écologique ». MSH porteuse : MESHS. MSH partenaires : MMSH, MSH Sud.

Qu’est-ce que la « criminalité environnementale » ? Les classifications officielles, celles des institutions internationales en particulier, donnent à cette question une réponse à visée opérationnelle en distinguant par exemple le trafic d’espèces sauvages, le dépôt illégal de déchets toxiques ou l’extraction illégale de matériaux rares. Cette réponse est en même temps légaliste, en ce sens qu’elle s’appuie, sans les discuter, sur les normes légales établies. Ce projet entend problématiser les principes et les pratiques qui sous-tendent une telle catégorisation en s’attachant aux opérations de délimitation, de désignation, de qualification par lesquelles certaines atteintes à l’environnement sont définies comme des infractions, le cas échéant passibles de sanctions lourdes, et d’autres non, et ceci tant dans l’arène juridique que médiatique. La séparation entre ce qui est toléré et ce qui est répréhensible ne va pas de soi : elle est l’objet d’un incessant travail politico-juridico-administratif. Comment est fixée la limite entre les pollutions ou les dégradations légitimes et illégitimes ? Qui trace cette limite, qui fait « la part des choses » ? Selon quels critères, quelles conventions, quels principes ? À partir de quelles croyances, en fonction de quelles stratégies ? Quels intérêts se trouvent par là menacés ou au contraire ménagés ? C’est à cet ensemble de questions que nous souhaitons répondre, à partir d’enquêtes de terrain et d’études de cas.

16) Sinigaglia Jéremy, « POP-in-EAC : Production des POlitiques Publiques en Éducation Artistique et Culturelle. MSH porteuse : MISHA. MSH partenaire : MSHA.

Ce projet de recherche interdisciplinaire propose de retracer la sociogenèse et les transformations des politiques d’éducation artistique, portées conjointement par le ministère de l’éducation nationale et le ministère de la culture depuis leur émergence dans les années 1970. La recherche consistera à mettre en relation les politiques (leurs orientations, les objectifs assignés, etc.) avec l’ensemble des agents impliqués dans cette production: élites politiques, agents de l’administration et membres des cabinets ministériels de l’éducation et de la culture mais aussi militants de l’éducation populaire, artistes, pédagogues, chercheurs, etc. L’hypothèse centrale de cette recherche est que l’évolution des politiques d’éducation artistique traduit un double processus de dépolitisation (disparition progressive de la visée d’émancipation collective) et d’individualisation (recentrage sur les « compétences » individuelles) des effets attendus par la diffusion des arts et de la culture à l’école. L’enquête reposera principalement sur l’exploitation d’archives officielles (administration des ministères de la culture et de l’éducation et leur cabinet) et la passation d’une série d’entretiens (avec des acteurs politiques nationaux et régionaux, experts mobilisés dans la production des politiques, responsables des actions d’éducation artistique dans les établissements culturels régionaux).

17) Tiscini Giorgia, « FIPEP : Fonction, implication et place de l'expertise psychologique dans les procédures criminelles ». MSH porteuse : MSHB. MSH partenaire : MSH Poitiers.

Les problématiques liées à l’expertise médico-psychologique ont traversé les siècles et émergent chaque fois que le contrat social est violemment rompu comme dans les crimes terroristes, les crimes sexuels et meurtriers envers les enfants, et ceux envers les femmes. Dans le contexte d’une révolution scientifique où les savoirs neuroscientifiques sont dominants dans la société, les attentes de la justice envers ses auxiliaires que sont les experts deviennent-elles une objectivation fondée sur des marqueurs biologiques et/ou cérébraux, ou concernent-elles encore l’iter criminis et la saisie des conditions de détermination/indétermination de l’acte hors la loi au regard de la singularité de la personne ? Par la recherche FIPEP nous allons réaliser une étude comparative dans trois pays (France, Italie, Belgique) autour de la fonction, l’implication et la place de l’expertise psychologique, en nous focalisant sur celle présentencielle dans les affaires éthiques et l’analyse des impacts et des bouleversements sociétaux. Cette recherche empirique s’adressera aux acteurs judiciaires, tels que les experts psychologues et les magistrats. A partir d’une approche à la fois pluridisciplinaire et interdisciplinaire nous serons en mesure de proposer des recommandations et un nouveau modèle d’expertise caractérisé pour ce type d’affaire en tenant compte de la dimension de la singularité de la personne mise en examen.

18) Treffort Cécile, « IGAMA : Inscriptions de Gaule entre Antiquité et Moyen Âge (IVe - VIIIe siècle) ». MSH porteuse : MSHS Poitiers. MSH partenaires : MMSH, MSHA.

L’objectif du projet IGAMA est de créer les conditions de lancement d’un corpus des inscriptions de Gaule des IVe-VIIIe siècles, période de transition marquée par d’importantes mutations sociales. Cette épigraphie est, en France, la grande oubliée des grandes collections dédiées à l’Antiquité classique ou au Moyen Âge, d’autant que le RICG - Recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule, destiné à remplacer les recueils du XIXe siècle, interrompu après 3 volumes, est aujourd’hui en déshérence. De fait, malgré un matériau inédit riche, les publications sont rares et dispersées, les nouvelles découvertes souvent ignorées, et faute d’un ancrage institutionnel, la documentation réunie par les chercheurs du RICG (notes, clichés, relevés) est en danger. La collecte de ces archives et le lancement d’un pré-inventaire, en favorisant une vraie synergie entre les chercheurs concernés, fournira l’occasion de penser puis de structurer une recherche novatrice, à l’échelle européenne. En prenant en compte toutes les inscriptions, monumentales ou non, jusqu’aux poèmes manuscrits à vocation épigraphique, le projet IGAMA participe aussi, sur le plan épistémologique, à la (re-)définition d’une discipline aussi multiforme que son objet d’étude, à la fois matière, langue, texte et graphie. Mieux inventoriées, mieux éditées, mieux comprises, les inscriptions pourront à terme enrichir de manière originale l’étude des pratiques culturelles et sociales de l’écrit entre Antiquité et Moyen Âge.

19) Vrignon Alexis, « RT-MARE : Du régional au transnational, comprendre les militantismes antinucléaires par les réseaux : Comparaisons et circulations entre la Polynésie et l'Alsace" MSH porteuse : MSH-P. MSH partenaire : MISHA.

Ce projet a pour objectif d’améliorer la compréhension de l’histoire et de la sociologie des militantismes antinucléaires en les abordant par le prisme des réseaux militants. A ce titre, nous nous proposons d’étudier deux terrains distincts mais également concernés par ce phénomène : l’Alsace et la Polynésie française en menant un travail de comparaison qui soit également attentif aux phénomènes de circulations transnationales entre ces deux espaces. Ce projet se veut interdisciplinaire dans sa philosophie comme dans sa méthodologie. Les chercheurs aux origines disciplinaires diverses travailleront ensemble à la constitution d’une base de données prélude à une cartographie des circulations militantes à différentes échelles. Les acquis et les outils méthodologiques développés dans le cadre de ce projet auraient ainsi vocation à s’appliquer à d’autres terrains.