Le Réseau

MMSH - Aix-Marseille : le projet Arcadiis, hub éditorial qui valorise, publie et évalue les données de la recherche en archéologie et archéoscience

Jeudi 7 janvier 2021

Lauréat de l'appel interdisciplinaire du RnMSH 2018-2019 et incubé à la maison méditerranéenne des sciences de l'homme (MMSH), le projet ARCADIIS (Archaeological Data Infrastructure for Interoperability and Sharing) développe une infrastructure d’interopérabilité et de partage de données en archéologie et disciplines associées.

Stéphane Renault, ingénieur de recherche responsable éditorial d’Arcadiis et Jérémy Garniaux, ingénieur d’étude en charge du développement de la plateforme ArcaDIIS sont membres du LAMPEA (UMR 7269, Laboratoire Méditerranéen de Préhistoire Europe Afrique), qui fait partie du périmètre de la MMSH.

Le projet Arcadiis pose une question clé en matière de qualité des données, qui sont acquises, traitées et diffusées selon les principes FAIR propres à la science ouverte. Il exploite, pour sa phase de déploiement, dans le cadre de cet appel, les ressources sur le silex grâce au GDR SILEX d’une part, et celles de l’archéozoologie grâce notamment au développement de la base Osteotek 3D partagée, d’autre part. Ces deux domaines témoignent de la diversité et hétérogénéité des types et des formats de données, dans le cadre d’une approche qualitative. Arcadiis souhaite accompagner les projets dans tout le cycle de vie de production des données et métadonnées, en fournissant un outil partagé que les communautés scientifiques pourraient aisément s'approprier, apportant ainsi une plus-value considérable au travail individuel des chercheurs. Il propose une gestion plus efficiente des projets de recherche et de bases de données afin de répondre aux questions :

  • Comment traiter, diffuser et réutiliser ces données selon des principes internationaux partagés ?

Il permettra notamment :

  • D'aider au traitement, à la valorisation et au dépôt des données de l’archéologie et l’archéoscience,
  • De générer, selon les standards internationaux du web sémantique, un workflow pour la gestion des métadonnées ainsi produites,
  • D'enrichir un lexique international partagé (thésaurus PACTOLS) grâce à l’ajout de vocabulaires de disciplines (en l’occurrence pétrographique et ostéologique),
  • De rendre compte de toutes les composantes du cycle de vie de la donnée, jusqu’à la publication de data papers[1] et de data management plans (DMP ou plans de gestion des données).

En particulier, les data papers et les plans de gestion de données sont aujourd’hui encore difficiles à publier, surtout dans le monde académique francophone. Arcadiis se pose donc l’objectif de leur donner une ample visibilité, afin qu’ils soient ouverts et accessibles à tous. De cette manière, Arcadiis pourrait devenir un « gestionnaire » de projets de recherche, bien au-delà des thématiques concernées par cet appel interdisciplinaire car d’autres communautés scientifiques pourraient s’emparer de l’outil, développé avec un logiciel libre.

Arcadiis est hébergé par la TGIR Huma-Num et sera bientôt accessible aux chercheurs. Il est aussi valorisé comme plateforme d’ARKAIA, Institut thématique de l’université d’Aix-Marseille, qui fédère 14 partenaires en archéologie, archéosciences, et anthropologie biologique.

[1]Articles méthodologique et technique, assurant la paternité des données, précisant leurs conditions d’acquisition, leur portée scientifique, les conditions de partage et de réutilisation, qu’une simple fiche documentaire ne permettrait pas de prendre en compte de manière détaillée.